fond.jpg
 

Déjà près d'un demi siècle que les indépendances africaines des années 60 ont eu lieu et de nombreux facteurs ont changé dans les relations internationales. Dans un contexte où la mondialisation est un enjeux essentiel pour chaque pays, l'Afrique a plus que jamais son rôle à jouer sur la scène internationale.

Les Oiseaux Migrateurs, c’est un mouvement qui se veut être acteur d’une Afrique entreprenante et responsable. Le projet à la volonté de faire coopérer des personnalités motivées et dynamiques, à l'image des oiseaux migrateurs. Nous  souhaitons faire en sorte que le continent soit au rendez-vous de l’innovation et de la pensée, tout en respectant la singularité de chaque pays.

Aujourd'hui, la mutation est en marche et la tendance est positive. Un grand nombre d'indicateurs montrent que le continent se développe et cherche à s'émanciper à tous les niveaux; en voici les principales caractéristiques: 

[1] La mutation rapide des sociétés africaines
Le continent se transforme vite : 
- Un taux de croissance supérieur à 6% depuis 2000. En 2009, malgré la crise, il atteignait encore près de 3%.
- Une population jeune et futur acteur du marché avec 44% des habitants âgés de moins de 15 ans.
- Une hausse significative de l’accès à l’éducation, à presque tous les niveaux de l'enseignement.

[2] Un nouvel arrivant
La diaspora, nouvel acteur de croissance en Afrique :
- En France elle représente 11% de la population.
- Parmi les universitaires français, 12% sont des étudiants de nationalité Africaine.
- La nouvelle génération d'enfants d'immigrés, plus informée notamment dû à l'enseignement reçu, est d'autant plus sensible à la croissance de leur pays d'origine grâce leur double culture.

[3] La globalisation
Un continent au coeur des échanges : 
L'augmentation progressive des échanges entre les pays favorise l'essor économique et social du continent Africain.

[4] Une société connectée
Le numérique à l'assaut :
Dans une société où chaque individu est capable d’entreprendre grâce aux outils numériques, le champ des possibles est désormais infini.
 

Le continent connait un essor sans précédent et notre objectif est de proposer des solutions aux acteurs économiques locaux afin qu'ils puissent bénéficier d'un appui significatif à leur développement.

 
titre_defis.png
 

1/ FAVORISER LE Développement de la production locale et
L'exportation
de produits finis


Un rapide état des lieux des relations économiques entre les pays d'Afrique et le reste du monde permet d'identifier un problème majeur. L'équation est assez simple : d'un côté le taux d’exportation des matières premières est élevé et de l'autre le taux de transformation des matières premières est peu développé. Or, nous sommes persuadés qu'exporter ses ressources naturelles sans les transformer, c’est en réalité exporter sa richesse et ses emplois ! Le potentiel de développement industriel est très élevé, cependant les entreprises locales peinent à être compétitive sur le plan international.
Sans l'étape de transformation le produit exporté a peu de valeur, son producteur reste ainsi dépendant des fluctuations boursières internationales ce qui lui retire tout contrôle sur sa rentabilité.

Notre objectif est donc de favoriser le développement des acteurs économiques locaux et de les soutenir dans la transformation de leurs produits bruts. À l'image de notre premier projet BANA-BANA, nous voulons apporter notre expertise dans les domaines logistique et marketing afin de rendre le produit final "prêt-à-consommer" dans les pays où il sera exporté.

 
 

Cas: Le marché du chocolat

 
 

L’exportation d’une tonne de fèves de cacao génèrent en moyenne un chiffre d'affaires de 1800 à 3000€ selon son cours boursier pour un agriculteur. En revanche, l’exportation directe d’une tonne de cacao transformée représente un revenu moyen de 10 000€. Les plus gros revenus sont donc générés par les pays transformant la fève. Par exemple, le secteur du cacao représente 15% du PIB de la Côte d’Ivoire et 50% de ses recettes d’exportation. Imaginons le potentiel de croissance de ces pays exportateurs de matière première s'il la transformait eux-même ? Ils ne seraient alors plus dépendants des fluctuations boursières et définiraient la valeur de leur produit eux-mêmes.

De plus, d’après une étude de la banque mondiale, un emploi crée dans le secteur agroalimentaire génère 2,8 emplois supplémentaires dans des secteurs d’activité connexes. C'est l'effet doublement positif de la croissance !


 

2/ DÉVELOPPER UN SYSTÈME DE FINANCEMENT PARTICIPATIF

Les principes de la coopération ne diffèrent pas d’une personne à une autre, d’un groupe de personnes à un autre ou d’un pays à un autre. Les bases sont identiques. Même chez les oiseaux migrateurs, ceux-ci ont développés des aptitudes exceptionnelles pour se déplacer en grand groupe et sur une longue distance.

Notre grand défi est de permettre l'émancipation économique des petites et moyennes entreprises du continent et pour se faire il est nécessaire de leur en donner les moyens. Cette seconde action aura pour objectif de venir en appui des projets au niveau financier et de participer à leur concrétisation.
C'est dans cette optique que nous comptons créer une communauté d'oiseaux voulant migrer à nos côtés. Chacun souhaitant se joindre au projet pourra alors rentrer dans notre sillage et nous accompagner dans l'entraide que nous apporterons aux futurs projets. La combinaison de nos forces autour d'une vision commune de lever les barrières financières, principal frein à l'entreprenariat en Afrique. Notre but est aussi de donner l'accès aux nouveaux outils numériques qui facilitent les financements de projets tels que les plates-formes de crowdfunding. Plus notre communauté sera grande plus notre impact sera significatif. Ceci permettra, à chaque levée de fonds, de réunir les sommes suffisantes pour le financement des projets.

 Il s’agit là de dépasser l’idée du simple don pour apprendre à travailler ensemble.

 
 
 

Cas : Le producteur de cacao

Un producteur de cacao Ivoirien doit faire l’acquisition d’une broyeuse décortiqueuse ainsi que d’un torréfacteur d’une valeur de 4800 € pour concasser, torréfier et broyer les fèves récoltées. Un financement participatif sera alors envisageable pour l'aider à financer cet investissement. Grâce à ces machines, il pourra alors transformer sa récolte et obtenir de la poudre de cacao, du beurre de cacao et même du chocolat s’il le souhaite. Un suivi sera ensuite réalisé auprès de l’agriculteur tout au long de son projet, de l’élaboration à la commercialisation des ses productions.
À moyen-terme, cette entraide irait dans le sens de notre première mission qui est de favoriser l'export de produits finis.

peinture-Tingatinga-MBoti.jpg
 

 

3/ FAVORISER LE PARTAGE DE SAVOIR-FAIRE ET LE TRANSFERT DE CONNAISSANCES

 
 
 
 

L'objectif global consiste à offrir aux très petites et petites entreprises les outils nécessaires pour accroitre leur croissance et atteindre leurs objectifs, ceci dans une volonté plus large de répondre aux enjeux de la transformation du continent.

Le but ici est d'apporter notre soutien et expertise dans différents domaines de l'entreprise. Ce projet comporte 4 volets : Image de marqueMarketingCommunication / Conseil.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Grâce à ce programme, les entreprises pourront bénéficier de conseils dans des domaines jusqu'ici peu exploités afin de les sensibiliser à des aspects du produit auxquels le consommateur final est sensible. Savoir créer une image de marque, trouver le bon positionnement, évaluer son pricing, gérer sa communication sont des sujets sur lesquels Les Oiseaux Migrateurs pourront épauler l'entreprise.

Cette mission permettra également le développement de partenariats avec des entreprises privées de différents secteurs tels que la grande distribution. Ainsi les entreprises africaines pourront bénéficier d'un réseau d'entreprises partenaires afin d'échanger, d'obtenir un appui et des outils pour mieux exporter leurs produits.

 
 
 

Cas : La problématique de l'emballage

 
 
Il y a toujours cette problématique liée à l’emballage. Nous sommes en train de faire du chemin certes, mais c’est très loin de ce qui se fait ailleurs en termes de présentabilité, d’attraction et de qualité. 
 
 

Un des problèmes majeurs pour les producteurs locaux réside dans le manque de solutions d'emballages, faute de connaissances et/ou d'informations les producteurs restent malheureusement limités dans ce domaine. De nombreuses demandes en emballages et en machines de conditionnement émises par des petites et moyennes entreprises, en particulier celles du secteur intermédiaire, restent insatisfaites. On observe un déséquilibre entre l'offre en emballage regroupée dans des zones régionales dynamiques et la demande qui reste très dispersée. Les fournisseurs favorisant les gros volumes, ils se désintéressent d'une plus petite demande émise par les TPE/PME qui peinent donc à se fournir.

 
 
Photo page vision.jpg
 
 

Par ailleurs, le conditionnement des produits est souvent négligé par les entrepreneurs eux-mêmes, et l’offre est mal connue. Une méconnaissance et un déficit qui révèle aussi une difficulté pour les entreprises à définir puis exprimer correctement leurs besoins. 

Les entrepreneurs ont donc des difficultés à identifier les emballages adaptés à leurs besoins : 
- Quel emballage pour quel produit ?
- Quel emballage pour quel marché/cible ?
- Quel emballage pour une conscience écologique ?
Les fournisseurs apportent ainsi très peu d’informations sur leurs produits et c'est d'ailleurs ce manque d'informations qui freine ces petites sociétés à créer un produit fini "prêt à consommer".

Quelles solutions ?

Pour répondre à cette problématique, nous avons imaginé la création de groupements d'intérêts économiques (GIE) afin d'optimiser les coûts d’achat d'emballages en groupe. Tous les producteurs ayant besoin d'emballages similaires pourront alors mettre en commun leurs besoins et réaliser une commande unique auprès du même fournisseur.
Ceci permettrait d'atteindre les minimas de commande dans un premier temps, puis de valoriser le pouvoir de négociation des producteurs afin d'obtenir des conditions plus intéressantes en termes de prix, de qualité, de transport et d'assurance. 
Enfin il sera également intéressant de travailler à la création d’un répertoire de fournisseurs sur le continent et dans le monde.

 

C'est grâce à l'idéologie de nos actions que nous voulons avoir un impact sur le développement général de l'Afrique.
Notre volonté est de fédérer un maximum d'oiseaux motivés par notre voyage, c'est au fil des kilomètres parcourus que notre groupe grandira, c'est donc notre envol qui aura encore plus de resonnance dans le monde entier.

Une nouvelle ère commence, celle de la coopération. 

 

COOPÉRER

Dans un système de coopération, chaque membre d’une équipe est acteur du projet à part entière : il doit pouvoir participer aux discussions et aux prises de décisions, partager ses ressources, ses expériences et ses compétences. 

Dans un système de coopération, toute personne doit pouvoir découvrir, s’éveiller, fortifier son potentiel créateur et mettre à jour le trésor caché en elle. Elle doit pouvoir apprendre, être fière de son apport, mais aussi avoir le droit de faire des erreurs pour en tirer des leçons pour la suite. 

Coopérer pour dépasser l’idée du simple don. Coopérer pour apprendre à travailler ensemble. Coopérer pour permettre à l’Afrique de prendre en main son destin. 


Envie de nous rendre visite ?

40 bis rue Myrha
75018, Paris

 
 

Nous contacter

Une question, une proposition ou juste un bonjour, envoyez-nous votre message. :)

Nom *
Nom